عربي   Français   English

 


  

L'Algérie est convaincue que la Ligue arabe demeure un instrument qui permet de renforcer la solidarité arabe 26/03/2014

Le Ministre des Affaires Etrangères M. Ramtane Lamamra a affirmé mercredi que l'Algérie est convaincue que la Ligue arabe demeure un instrument qui permet de renforcer la solidarité arabe notamment en ce qui concerne la question palestinienne.

Dans une déclaration et en marge des travaux de la 25e session du sommet arabe qui se tient à Koweït, M. le Ministre a précisé que la rencontre de Koweït était importante vu les questions inscrites à l'ordre du jour, soulignant que l'Algérie "est convaincue que la Ligue arabe est un instrument qui permet de renforcer la solidarité arabe notamment en ce qui concerne la Palestine".

Cette solidarité concerne également le peuple syrien, a-t-il ajouté précisant qu'au delà de sa valeur humanitaire, elle impose une nouvelle approche de la part des Arabes pour trouver une solution à la crise syrienne.

Selon M. le Ministre, cette nouvelle approche "impose aux pays arabes de prendre en charge ce problème en proposant des solutions pouvant concourir à la relance du processus de négociations sous la conduite de Lakhdar Brahimi".

Le Chef de la Diplomatie algérienne considère qu'étant donné que tous les pays membres de la Ligue arabe sont convaincus que l'option militaire ne peut être envisagée dans le règlement de cette crise, ces derniers sont tenus, a-t-il soutenu, de réfléchir à une solution politique et de trouver un terrain d'entente permettant d'aller à la table des négociations co-parrainées par l'organisation arabe et les Nations unies.

S'agissant de la lutte contre le terrorisme, M. Lamamra a réaffirmé que l'Algérie était pionnière en la matière, rappelant qu'elle a proposé et adopté le mécanisme arabe de lutte contre ce phénomène outre ses démarches au plan africain à travers l'adoption d'accords similaires et la création du centre africain de lutte contre le terrorisme.

M. le Ministere a déploré à ce propos que les pays arabes n'aient pas mis en place les moyens d'activer le mécanisme arabe de lutte antiterroriste, soulignant que les "développements en cours ainsi que certaines décisions prises au niveau arabe imposent de parvenir à un mécanisme supervisé par les ministères arabes de l'intérieur aux fins d'impulser l'action arabe commune dans la lutte contre le terrorisme".

Sur l'importance du rôle de l'Algérie en matière de lutte antiterroriste, M. Lamamra a précisé qu'il s'agissait "d'un rôle de référence pour nos frères arabes au plan de la consultation ou d'actions diplomatiques".

Il a rappelé à ce propos l'expérience algérienne dans ce domaine confortée par la clairvoyance des dirigeants algériens qui ont adopté "la voie de la démocratie pluraliste ayant permis de passer de la spirale de violence à la réconciliation nationale et au pluralisme politique".

Il a ajouté que cette expérience est devenue une référence pour les pays arabes outre celle du pluralisme politique, affirmant que les acquis de l'Algérie en matière de démocratie "sont à même de contribuer à la promotion d'une culture démocratique dans le monde arabe".