عربي   Français   English

 


  

Un accord entre l'Algérie et la Ligue arabe sur la mission des observateurs de la Ligue lors de la présidentielle 09/03/2014

Un accord entre la Ligue arabe et l'Algérie sur la mission des observateurs de la Ligue lors de la présidentielle du 17 avril prochain a été signé dimanche au siège de l'organisation panarabe au Caire.

L'accord a été signé par le Ministre des Affaires Etrangères, M. Ramtane Lamamra, et le secrétaire général de la Ligue arabe, Nabil Al Arabi, en présence de Mohamed Sbih, chef de la mission des observateurs désigné par le secrétaire général, de hauts responsables de la Ligue et des membres de la délégation algérienne.

Cet accord porte sur la participation des observateurs de la Ligue arabe à l'élection présidentielle en Algérie, aux cotés d'observateurs de l'Union africaine (UA), de l'Organisation de la coopération islamique (OCI), de l'Union européenne (UE), de l'ONU, outre les observateurs locaux en vue de "garantir la transparence de cette échéance présidentielle", a déclaré M. Lamamra.

Toutes les mesures prises par l'Algérie "confortent" le processus démocratique dans le pays, a souligné le chef de la diplomatie algérienne qui souhaite que la présidentielle du 17 avril soit "une fête démocratique".

Dans ce cadre, M. le Ministre a salué l'expérience de la Ligue en matière d'observation de l'opération électorale, tant dans le monde arabe qu'à l'extérieur.

Pour sa part, Nabil Al Arabi a rappelé qu'il ne s'agissait pas de la première participation de la Ligue à l'observation d'une élection en Algérie, ajoutant que l'organisation a assuré l'observation d'élections parlementaires et présidentielles dans plusieurs pays arabes et autres pays à l'instar de la Georgie et de l'Equateur.

La Ligue arabe veut, à travers cette mission, "s'adapter aux mutations démocratiques dans nombre de pays arabes", a-t-il dit.

La mission de la Ligue arabe aura à observer toutes les étapes du processus électoral, sous la supervision du chef de la mission, stipule l'accord.

Les autorités algériennes s'engagent à faciliter la tache de la mission.

Au terme de l'élection, la mission soumettra le rapport de son chef au  secrétaire général de la Ligue arabe qui transmettra une copie au gouvernement algérien.