عربي   Français   English

 


  

Le sommet arabe de mars sera le "sommet de la réconciliation et du franc-parler" 31/01/2014

Le Ministre des Affaires Etrangères,  M. Ramtane Lamamra a émis l'espoir de voir le sommet arabe, prévu en mars prochain à Koweït, aboutir à des résultats positifs, le qualifiant de "sommet de la réconciliation et du franc-parler".

Dans un entretien au journal koweitien "Ennahar", M. Lamamra qui conduisait la délégation algérienne aux travaux de la 2e conférence internationale des donateurs pour la Syrie le 15 janvier dernier, a affirmé la nécessité de faire aboutir le prochain sommet arabe qui consacrera "la réconciliation et le franc-parler" et permettra à la nation arabe de redémarrer sur des bases consensuelles".

Le chef de la diplomatie algérienne a souligné l'importance de la coopération entre les pays arabes, se disant convaincu que certains de ces pays "sont capables de jeter des passerelles entre tous les Etats", ce qui permettra d'aboutir à des décisions consensuelles (...)".

"Cette entente sera possible grâce à la clairvoyance des sages et des dirigeants de cette nation qui apporteront de nouvelles approches à même d'arrêter l'effusion de sang dans quelque région que ce soit, en Syrie particulièrement", a-t-il encore souligné.

Concernant la situation en Syrie, M. Lamamra a indiqué que la seule préoccupation de l'Algérie est que "les frères syriens aboutissent à un règlement qui les rassemble tous et n'exclut aucun de ceux qui désirent aider à reconstruire ce pays". "Pour ce faire, nul ne doit poser des conditions préalables (lors des négociations à l'instar de Genève 2 dont les travaux se poursuivent mercredi à Montreux) qui ne feraient que compliquer la situation", a précisé le chef de la diplomatie algérienne.

Répondant à une question sur la position de l'Algérie quant à la proposition onusienne pour la création d'une instance politique transitoire chargée de la gestion des affaires en Syrie, le ministre a indiqué que l'idée est prévue dans la déclaration de "Genève 1", ajoutant que l'expérience de l'arrêt du conflit armé implique "une étape de transition encadrée par les parties antagonistes, avec l'aide internationale".

M. Lamamra a rappelé la position de l'Algérie qui reconnaît les Etats et non les gouvernements ou les régimes, précisant que les relations diplomatiques avec la République syrienne "se poursuivent normalement". "Il faut mettre fin à la situation qui prévaut actuellement dans ce pays et trouver des solutions pacifiques", a soutenu M. Lamamra.

Le chef de la diplomatie algérienne a, par ailleurs, évoqué les relations algéro-égyptiennes affirmant que l'Algérie "suit avec intérêt les développements sur la scène arabe". L'Egypte qui est "un grand pays, influe sur l'environnement arabe et est sensible aux développements", a-t-il souligné tout en rappelant que l'Algérie ne s'ingère pas dans les affaires internes des autres pays.

Il a en outre évoqué les "bonnes" relations algéro-irakiennes affirmant qu'elles sont appelées "à se développer et à s'élargir".

Abordant le dossier palestinien, M. Lamamra a réaffirmé que le règlement définitif exigeait "le respect des droits inaliénables des Palestiniens".

S'agissant de la santé du président de la République, le ministre des Affaires étrangères a affirmé que le président Abdelaziz Bouteflika "est en bonne santé et suit avec intérêt les affaires de l'Etat, notamment la politique étrangère de l'Algérie".