عربي   Français   English

 


  

L’Algérie réaffirme son soutien indéfectible au droit du peuple palestinien à l’établissement d’un Etat indépendant 12/12/2013

 

 

L’Algérie a réaffirmé, mardi à Conakry (Guinée), par la voix du ministre délégué chargé des Affaires maghrébines et africaines, Madjid Bouguerra, son soutien indéfectible au droit du peuple palestinien au recouvrement de ses terres et à l’établissement d’un Etat indépendant avec pour capitale El-Qods.

 

Dans une allocution prononcée lors de la 40ème session du conseil des ministres des Affaires étrangères des pays membres de l’Organisation de la coopération islamique (OCI), M. Bouguerra a appelé à "l’intensification des efforts au sein de l’organisation et à la mise au point de plans opérationnels pour soutenir la lutte du peuple palestinien".

 

Il a précisé que cette session "revêt un caractère particulier, car intervenant dans un contexte marqué par de grands défis qui se posent au monde musulman, à savoir les conflits et l’instabilité qui prévalent dans certains pays de la région".

 

Ces défis constituent une motivation pour satisfaire les revendications des peuples musulmans qui aspirent à vivre dans la dignité, la démocratie et le respect des droits de l’Homme à travers la mobilisation de nos énergies et une coopération constructive.

 

L’OCI est "appelée à centrer ses efforts sur ses priorités et à développer sa coopération avec les organisations internationales et régionales", a souligné le ministre.

 

Parmi ces priorités, un traitement plus efficace de la question palestinienne qui a été à l’origine de la création de l’OCI, a ajouté le ministre.

 

La poursuite de l’occupation israélienne des territoires palestiniens et la judaïsation d’El-Qods "représentent le défi majeur pour la nation musulmane et notre organisation", a estimé M. Bouguerra.

 

Il a, d’autre part, indiqué que la tenue d’une séance spéciale sur El-Qods lors de cette session traduit "notre volonté de venir en aide à la ville d’El-Qods, de protéger son patrimoine religieux et culturel, et d’assister ses habitants".

 

Ainsi, a-t-il dit, l’application du plan stratégique de développement d’Al-Qods "véhiculera un message fort de solidarité avec les habitants de cette ville", estimant que face aux défis imposés par les évènements politiques et sécuritaires que vit le monde musulman, notre organisation est appelée à renforcer son rôle de force de proposition, à même d’apporter les solutions efficaces attendues par nos peuples".

 

"La poursuite de la guerre civile dévastatrice en Syrie constitue une véritable tragédie sur plusieurs plans", a-t-il estimé dans ce contexte.

 

Il a ajouté que l’Algérie qui "a de tout temps plaidé pour une solution politique à ce conflit, note avec satisfaction l’annonce de la tenue de la conférence de Genève 2 le 22 janvier 2014 et exhorte les parties syriennes, régionales et internationales à œuvrer à mettre un terme à l’effusion de sang du peuple syrien, et à s’engager en faveur d’une solution globale pour la transition et à même de satisfaire les aspirations du peuple syrien à la justice et à la liberté, et de mettre le pays à l’abri de la destruction et des ingérences étrangères".

 

L’Algérie saisit cette occasion, a indiqué M. Bouguerra, pour "réaffirmer son soutien à l’émissaire international Lakhdar Brahimi".

 

Concernant la situation au Mali, M. Bouguerra a affirmé que "les réalisations accomplies par l’Etat malien ami après la crise constituent une source de fierté pour nous tous", insistant sur la nécessité "d’encourager les autorités maliennes à aller de l’avant dans l’application de la feuille de route et l’instauration d’un dialogue national inclusif ".

 

L’Algérie appelle la communauté internationale à "poursuivre son soutien au Mali pour consacrer la stabilité et promouvoir le développement dans ce pays" tout en affirmant "qu’elle poursuivra sa coopération avec les pays du champ pour faire face aux menaces que représentent le terrorisme, le trafic de drogue et le crime organisé.

 

Elle appelle aussi à "l’intensification de la coopération internationale dans le domaine de la lutte contre le terrorisme et au tarissement de ses sources de financement, y compris le paiement de rançon.

 

Dans le même contexte, il a indiqué que l’utilisation de l’Islam par les groupes terroristes pour justifier leurs actes criminels continue de nourrir une idéologie basée sur l’islamophobie, l’amalgame entre l’islam, le terrorisme et l’extrémisme du fait des campagnes racistes et l’ignorance des valeurs de tolérance, de dialogue et d’entraide prônées par l’islam.

 

Dans ce cadre, L’Algérie exhorte l’OCI à poursuivre ses efforts pour faire face à l’islamophobie à travers la sensibilisation à tous les niveaux et dans les fora internationaux, la diffusion de la véritable image de notre religion et la promotion du dialogue des civilisations.

 

Par ailleurs, le ministre délégué a précisé que " la réforme engagée par l’OCI a permis la rationalisation de l’action de notre organisation et le renforcement de son rôle".

 

Il a cité à ce propos le projet de résolution présenté par l’Algérie au Conseil de l’OCI sur "l’approfondissement de la réforme de l’OCI et le développement de ses activités et des ses plans" tout en affirmant le soutien de l’Algérie au secrétaire général élu, le Dr Iyad Madani.

 

Le ministre délégué a présenté les condoléances de l’Algérie à l’Afrique suite au décès du leader Nelson Mandela estimant que "l’hommage inégalé rendu à travers le monde au défunt en signe de reconnaissance à ce grand homme est une autre preuve attestant de son œuvre historique".